dimanche 8 février 2015

Cheerleader un jour ... cheerleader toujours ! (1ère partie)















Marion venait de faire tomber une boîte en carton remplie de vieilles photos. Lorsque Sam les ramassa, son regard s’arrêta sur la photo d’un groupe de jeunes filles souriantes, toutes vêtues d’un justaucorps aux couleurs vives et d’une petite jupe.

-         Mais … dis-moi … c’est toi, là ? Au centre ?
-         Euh … oui … c’était quand j’étais cheerleader …
-         Tu as été cheerleader ?!? Tu ne m’avais jamais dit ça !
-         Ben … c’est un épisode de ma vie que tu peux oublier.

Sam et Marion avaient parlé quelques minutes autour de la photo. Marion lui avait confirmé qu’elle n’était pas spécialement fière d’avoir contribué à ce pan de culture populaire qui avait été importé de l’Amérique, même si elle en gardait des souvenirs d’esprit d’équipe, de discussions avec les autres filles, de paillettes dans les yeux. Mais tout ceci lui paraissait aujourd’hui un peu ridicule, presque humiliant, comme si elle s’en voulait d’avoir naïvement cédé à l’admiration éperdue de sa mère qui ne manquait jamais de la photographier et de la filmer à chaque match et qui la complimentait sans cesse sur la grâce de sa fille lorsqu’elle était projetée en l’air en tant que « volant », « flyer » en anglais, mot qui désigne la fille souple et légère que l’on fait tourbillonner en l’air. Marion avait mis fin à la conversation en rangeant prestement la photo.

Le soir, ils avaient préparés ensemble le repas, et ce moment partagé avait été simple et délicieux. Toutes les deux minutes ils s’étaient embrassés, et Marion avait senti le désir de Sam lorsque il s’était penché derrière elle pour l’aider à mélanger les ingrédients du repas. Puis ils avaient mangé et Marion avait servi le thé. Ils devisaient à présent tranquillement sur le canapé.

-         Au fait … Et si on reparlait de ton passé de cheerleader ?
-         Ah non ! Pas ça ! Je déteste cette période ! Je n’aurais jamais dû t’en parler, d’abord !
-         Mmmmhhhh … pourquoi ? Tu devais être charmante en petite jupe plissée !
-         Ah ben je t’imagine bien en train de me mater lors d’un match !
-         Oh … tu sais, si tu remettais ton costume, je ne vois pas pourquoi j’éviterais de regarder tes jolies cuisses fuselées dépasser d’une petite jupe plissée !
-         Pervers va ! lâcha Marion avec un sourire amusé.
-         Moi ? Tu n’aimes pas quand je te regarde ?
-         Ben si … mais quand même … et puis c’est un épisode de ma vie dont je ne suis pas très fière, tu sais …
-         Ah … à cause du stéréotype de la cheerleader ?
-         Euh … tu veux dire quoi ?
-         D’après Wikipedia, dans la culture populaire américaine, la cheerleader incarne l'hyperféminité, le glamour et l'enthousiasme, mais véhicule aussi l’image de la petite garce dévergondée aguichant les supporteurs ! lança Sam en riant.
-         T’es allé voir ça ! Et ça te fait rire !
-         Oui ! Beaucoup ! Je t’imagine bien en petite garce dévergondée !
-         Oh ça va hein … J’étais très sage, d’abord. Et puis même si on avait des petites jupes plissées, le règlement était très strict ! La longueur de la jupe devait toujours être plus longue que le bout de nos doigts quand on les plaquait le long du corps.
-         Mmmmmhhhhh … charmant … je me serais bien vu en tant que précept… euh … entraîneur de l’équipe, moi. Une vingtaine de cheerleaders les bras le long du corps, attendant mon inspection …
-         Décidément tu ne penses qu’à ça !
-         Et, bien sûr, les contrevenantes auraient dû s’expliquer avec moi.
-         Oh, tu sais, quand on n’obéissait pas au règlement, on était virées !
-         Quel manque de pédagogie ! Moi, je suis sûr que j’aurai eu des moyens beaucoup plus appropriés pour remettre la coupable dans le droit chemin.
-         Ah bon … et lesquels, s’il te plaît ?
-         Oh … c’est un peu délicat à expliquer … mais je montrerai, un jour … ce sera plus facile.
-         Mais bon, franchement, je me demande comment j’ai pu faire ça. C’est parce que ma Maman était fière de moi, je crois, que j’ai fait ça du collège au lycée.
-         Tu étais sportive, aussi …
-         Ah oui ! J’étais le « flyer », tu sais, celle qu’on envoie en l’air.
-         Ah, oui, tu aimais ça, déjà ? rétorqua Sam avec un air innocent.
-         Oh ça suffit ! D’abord, j’étais une jeune fille pure et innocente !
-         Et tu n’as pas changé, n’est-ce pas ?
-         Ben non ! Qu’est ce que tu crois ?

4 commentaires:

chipie pestouille a dit…

alléluia ! ouais! une histoire enfin =) bon début j'attend la suite avec impatience

Princesseenherbe a dit…

@Sam : Mais finis ton histoire ! Je ne supporte pas d'attendre la fin des histoires ... c'est trop long et tu mets toujours trop de temps !!! aaaaaargh ! -_-

chipie pestouille a dit…

@princesseenherbe tout a fait d'accord avec toi

Sam a dit…

@Les princesses qui râlent : Humm ... qui se ressemble s'assemble on dirait ... cela fera une punition commune alors :-D

Messages les plus consultés