vendredi 14 février 2014

Histoires pour endormir les petites princesses – Des règles à suivre (1ère partie)














Certaines princesses m’ont réclamé des histoires. Celles-ci m’ont été inspirées par des échanges, des lectures de fils de discussion sur les forums, que j’ai eu envie de poursuivre en laissant vagabonder mon imagination, parfois dans des chemins de traverse. Elles correspondent toutes à des moments particuliers, qui, s’ils ne se sont pas tous réalisés, ont nourri mes fantasmes. Alors à votre tour, faites de beaux rêves :-)

Ce week-end là, j'avais longuement échangé avec Marion sur son travail. Si son potentiel était avéré, elle se sentait parfois découragée, et tant son attitude que ses résultats étaient en dents de scie. Ses professeurs l’auraient volontiers qualifiée d’atypique. Elle m’avait fait comprendre qu’elle avait un besoin réel que je l’aide. Elle avait besoin d’encouragements, bien sûr, et je ne manquais jamais une occasion de la féliciter quand elle ramenait une excellente note. J’étais fier d’elle et je le lui disais. Mais ses notes n’étaient pas toujours excellentes … et en général liées à un certain relâchement dans son travail. Nous avions parlé de règles à mettre en place, et ce jour-là, j’avais décidé de lui en parler sérieusement. Marion regardait dehors, l'air pensif. Je m’approchais d'elle. Je me remémorais le 8/20 qu’elle avait eu à son exposé. Elle me l’avait annoncé d’un air pas très fier.

-    Marion … on va reparler de ton 8… tu te souviens ?
-    Oui … mais … c’était il y a longtemps !
-    Peu importe … on a des choses à régler tous les deux … et je crois qu’il est bon que j’insiste sur quelques exemples passés … pour que tu retiennes les règles que je vais te fixer à l’avenir …
-    Sam …

Le ton de sa voix s’était un peu brisé. Marion oscillait entre le désir de se trouver à mille lieues de là, ailleurs, très loin, et la culpabilité de s’être laissée aller, d’accepter de subir une juste punition, à laquelle au fond d’elle-même elle aspirait. Assumer. Être pardonnée. Se remotiver. Elle savait que, dans certaines circonstances, les mots étaient inutiles. Et qu’elle avait besoin d’être accompagnée. Aidée. Recadrée. D’une certaine façon. Prise en main. Au sens propre. Comme une gamine. Passer par la case punition. Sa motivation était à ce prix-là.

-    Marion … dis-moi, ce n’est pas terrible, 8, comme note …
-    Sam … Tu sais, c’est juste deux points au-dessous de la moyenne !
-    Marion … tu peux me rappeler quelle est la moyenne requise pour espérer avoir ton concours dans de bonnes conditions ?
-    Je …

Marion avait tout de suite deviné où je voulais en venir. Son cœur venait de s’accélérer. Le « je » qu’elle venait de prononcer restait suspendu sur ses lèvres. Elle n’osait pas répondre à cette question, dont elle savait pertinemment que je connaissais la réponse.

-    Oui ?

Marion baissa la tête.

-    Sam … Je …
-    Marion. Tu me regardes, s’il te plait.

Mon ton sec la fit sursauter. Elle n’osa pas désobéir et releva lentement ses yeux. D’un coup la tension avait empli la pièce.

-    Alors ?
-    Sam … je … c’est … tu le sais …
-    Je veux te l’entendre dire, ma petite Marion …
-    C’est … 14 …
-    Et ta note, par rapport à 14 ?
-    C’est … six points … en … en dessous …
-    Bien … Je crois que là nous avons un moyen d’appréciation plus pertinent, n’est-ce pas ?
-    Mais … Sam … ça peut arriver, une note … un peu … moyenne …
-    Bien sûr que cela peut arriver, Marion … Sauf que là, c’est plutôt le résultat d’un manque de travail. Qui se confirme de plus en plus.
-    Mais j’ai eu des très bonnes notes depuis !
-    Oui, Marion. Et je n’ai pas oublié. Comme je n’ai pas oublié que tu as eu aussi l’insigne honneur d’avoir la plus mauvaise note de la classe, l’autre jour …
-    …
-    Marion … Je vais t’énoncer quelques règles simples … comme ça cela sera clair … et chaque fois que nous nous verrons … nous appliquerons ces règles.

Marion baissa de nouveau la tête, et croisa instinctivement ses mains derrière son dos.

-    En préambule … je tiens à être juste … tenir compte du contexte … mais exigeant aussi … c’est ce dont tu as besoin … et ensuite … tu sais que je suis toujours prêt à entendre tes explications … les règles doivent être parfois souples … mais aussi s’appliquer quand c’est nécessaire.
-    …

Marion ne répondait rien, attendant la suite en s’agitant nerveusement.

-    D’abord … toute note inférieure à 14 sera examinée avec soin … Je te rappelle que 14 est la moyenne demandée … et que de plus tu es largement capable de faire mieux.
-    …
-    Pour une note en dessous de 14 mais supérieure à 10 … cela dépendra s’il s’agit d’un simple accident … une note parmi d’autres bien meilleures … mais si tu n’as pas assez travaillé … si tu t’es attirée une réprimande de tes professeurs … si ta note est inférieure à la moyenne de la classe … alors une fessée te remettra les idées en place.

Je sentis Marion se crisper à l’évocation du terme tant redouté.

-    Et suivant la gravité des faits … ou ton comportement pendant que je te punis … ou si plusieurs notes sont mauvaises …cette fessée pourra également se finir déculottée …

Au mot déculottée, Marion ferma un instant les yeux.

-    Maintenant … si ta note est inférieure à 10 et supérieure à 7… je passerai à une fessée un peu plus … comment dire … cuisante … dans les mêmes conditions … ce qui veut dire que la brosse ou le martinet ne seront pas très loin …
-    Sam …
-    Oui ?
-    Je … j’ai honte, tu sais … je … je m’en veux de ne pas travailler assez …

Mon ton de voix se radoucit.

-    Je sais, ma petite Marion … C’est pour cela que j’institue ces règles, tu sais … pour t’aider …

Marion déglutit en avalant difficilement sa salive. Elle attendait la suite.

-    Et … en dessous de 7 … sauf exception … dûment justifiée … je me ferai aider d’un instrument … comme la brosse … ou le martinet … ou la ceinture … pour te remettre dans le droit chemin.
-    Sam ! Non ! Je ne veux pas !
-    Marion. J’imagine bien que tu ne veux pas. Sinon ce ne serait pas une punition.
-    Mais …
-    Cela suffit maintenant. J’ai voulu te donner un cadre dans tes études. Comme cela tu sais à quoi t’attendre. Et n’oublie pas que le contexte … ton comportement … joueront aussi … Il est évident que si tu es malade, par exemple … que tu n’as pas pu réviser … ou que tu as vraiment travaillé, mais échoué … je ne pourrais pas te punir pour cela … Tu as compris les règles et l’esprit dans lequel je veux les appliquer ?
-    Oui …
-    Tu as des remarques ? Des questions ?
-    Non …

Je sentis Marion inquiète à l’évocation du châtiment tant redouté, mais rassurée également par le fait que ces règles, instituées pour donner un cadre, seraient appliquées avec discernement. Mais ce qu’elle redoutait, à présent, c’était leur première mise en pratique. En effet, elle savait que nous devions parler de son travail. Comme si je lisais dans ses pensées, je continuais :

-    Bien. Ma petite Marion … je crois qu’il est temps que l’on parle de tes études … et que l’on remette deux ou trois choses à plat.
-    …
-    Revenons à ton 8.
-    Mais … Sam … tout ça … c’est du passé …
-    Marion … Tu as besoin d’être recadrée. Et je t’ai toujours dit que nous règlerions nos comptes … et tu sais que tes études me tiennent à cœur… tu t’en souviens j’espère ?
-    Sam … oui … mais …
-    Bon. Stop. Il n’y a pas de « mais ». Sauf si tu veux que je te déculotte immédiatement ?

Les deux derniers mots firent s’envoler aussitôt une nuée de papillons qui s’agitèrent dans le ventre de ma petite Marion … La fessée qui se profilait à l’horizon se terminerait donc … tôt ou tard … déculottée … et peut-être plus tôt que prévu.

-    Non ! Non ! Je t’en prie !
-    Tu vas venir maintenant. Il est temps que tu comprennes que tu dois être sérieuse. Et je sais que pour réussir tu as besoin de cela. De règles. De discipline.

2 commentaires:

Tassmania a dit…

Mais Sam, elle savait pas encoooore pour les règles du 8, là il y avait matière à juste l'avertir... elles sont vraiment sévères des fois, tes jurisprudences :(...

Sam a dit…

@Tassmania: Oh, Marion est au courant de plus de choses que l'on ne pense :-D. Et je crois qu'elle a besoin que l'on soit sévère avec elle, parfois ...

Messages les plus consultés