vendredi 19 avril 2013

Traité d'éducation des jeunes princesses à l'usage de leurs précepteurs - Chapitre VI


Psychologie de la jeune princesse

1ère partie


Dans ce chapitre nous allons illustrer, cher lecteur, la psychologie de la princesse débutante. Celle-ci réagit généralement de manière spontanée aux différents événements qui jalonnent son parcours. Elle aura tendance à se conduire de manière frivole, presque enfantine, sans se rendre compte immédiatement des conséquences et de la portée de ses actes. Ce sont également des petites princesses très sensibles, qui vont réagir de manière tout aussi spontanée lorsque tu seras obligé de les ramener à la raison. Avec elles il est rare d'avoir besoin de recourir à des punitions vraiment sévères, et si tu dois le faire, ce sont des fessées qui les marqueront pour longtemps. Mais leur fraîcheur et leur espièglerie t’amèneront sans doute à leur administrer des fessées plus souvent qu'à l’ordinaire. Il te faudra donc doser avec soin les punitions qu'elles recevront et ce de manière proportionnelle à leurs bêtises. En parlant de proportions, je t'invite à lire l'histoire suivante, où Maître Samuel put établir une corrélation tout à fait judicieuse entre la bêtise d'Herbeline et sa punition. 

Herbeline se trouvait devant la porte des appartements de Maître  Samuel. Les dernières lueurs du soleil couchant éclairaient le long couloir aux murs blanchis à la chaux. Les colonnes de pierre blanche placées tous les cinq mètres environ rythmaient l'espace. De vieux tableaux ornaient les murs, représentant pour la plupart de graves et sérieux gentilhommes. Chaque fois qu'Herbeline parcourait ce couloir, elle avait l'impression de changer de monde. Tout était plus carré, presque austère. Herbeline hésita à frapper, tant cet appartement privé lui rappelait de mauvais souvenirs. Chaque fois qu'elle avait été convoquée chez Maître Samuel, cela s'était en général mal passé pour elle.  Le soleil venait de disparaître derrière l'horizon, et ses ultimes rayons orangés éclairèrent faiblement le couloir avant de disparaître.

Herbeline frissonna, frappa trois coups et attendit. Seul le silence lui répondit. Au bout d’une minute, elle réitéra l’opération, sans succès. Maître Samuel devait être absent. Elle s’éloigna de quelques pas et, à travers la grande fenêtre ménagée dans le mur d’en face, elle jeta un œil dans la cour. Elle aperçut une haute et fine silhouette familière, enveloppée d’une cape noire, en train de parler avec la cuisinière. Maître Samuel l’avait convoquée et se permettait de deviser tranquillement dans la cour !

Herbeline sentit la colère monter en elle. Pour une fois qu’elle pouvait prendre son précepteur en défaut, elle n’allait pas se priver, se dit-elle en son for intérieur. D’un autre côté, il n’était probablement pas très malin de commencer à lui faire des reproches sur son retard … sachant qu’elle-même avait été convoquée pour s’expliquer sur son emploi du temps. En effet, Maître Samuel avait découvert qu’Herbeline passait un temps non négligeable à lire des histoires illustrées. Il y en avait toute une série découverte dans le grenier, et cela se faisait bien sûr au détriment de ses études. Elle terminait souvent ses devoirs au dernier moment, se couchait très tard, bref se mettait dans des situations parfois difficiles. Mais l’envie de se venger par avance de la fessée qu’elle recevrait très certainement la poussait à agir. Elle regarda de nouveau par la fenêtre la cuisinière et Maître Samuel, en grande conversation. Elle avait le temps. Et l’idée qui venait de germer dans son esprit, même si Maître Samuel n’en saurait rien, était de nature à lui apporter une satisfaction immédiate. Mi-agacée mi-souriante, elle se campa devant la porte, cala ses poings sur ses hanches et, s’adressant à la porte close, parla bien fort, imitant le style de son précepteur :

-         Et bien Maître Samuel ! On ne respecte pas ses engagements ? On convoque ses petites princesses et on ne se trouve pas là ? On préfère parler avec la cuisinière du menu de demain ? Ce n’est pas très sérieux tout cela … Alors … je vais compter jusqu’à trente … trente coups sur votre porte … et je cesserai quand vous l’ouvrirez !

Joignant le geste à la parole, Herbeline frappa à coups répétés la lourde porte de bois, en scandant à chaque fois de sa petite voix :

-         Un ! Deux ! Trois ! Quatre ! …

Elle s’interrompit à vingt, vérifia malgré tout que la silhouette noire était toujours en train de converser dans la cour. Son cœur battait tout de même un peu plus fort lorsqu’elle finit de compter, un peu plus rapidement :

-         Vingt-huit, vingt-neuf, trente !

Herbeline faillit s’évanouir lorsqu’elle vit la porte s’ouvrir devant elle et la silhouette de Maître Samuel s’encadrer dans l’embrasure.

6 commentaires:

Princesseenherbe a dit…

@Sam : Je pense que Maître Samuel n'aime pas Herbeline ... c'est trop souvent elle qui se prend des fessées ... pour des broutilles à chaque fois !

salambo Sofia a dit…

@Princesseenherbe, je pense au contraire qu'il doit particulièrement apprécié Herbeline, étant donné toute l'attention qu'il lui porte, comme on dit " qui aime bien, châtie bien " , je pense même qu'entre elle et princesse Louise, les autres princesses sont un peu négligées, Sofia ;-)

Lou a dit…

Quel suspens! Oh que j'ai hâte de lire la suite :)

@Sofia: De retour avec nous chère Sofia, quel plaisir :)

Princesseenherbe a dit…

@Sofia : c'est vrai que ça faisait un certain temps que tu n'avais pas laissé de commentaire ... contente que tu sois revenue parce que deux princesses contre un précepteur c'est un peu juste :-P ... trois c'est mieux :-D

Et oui moi aussi je trouve que Sophia et Sélène sont beaucoup moins punies alors qu'elles ne sont pas plus sages ... quelle injustice !

@Lou : Ben oui tu as hâte puisque ce ne sont pas tes fesses ! -_- Pense un peu à la pauvre Herbeline quand même ... pas tant d'enthousiasme.

@Sam : je ne veux pas la fin de cette histoire parce que je pense que ça va pas être drôle pour Herbeline ... tu n'es pas obligé de traduire la suite. Par contre je voudrais bien une autre histoire :-D

Lou a dit…

@Princessenherbe: Si je suis bien contente! Et puis Louise a tellement reçu de fessées ces derniers temps, qu'une seule claque supplémentaires ferait saigner ses petites fesses déjà trop meurtries alors hein...pouet pouet :p

salambo Sofia a dit…

@Princesses je ne sais pas trop mais il y a des princesses qui mijotent a petit feu et c'est drôlement cruel ;-p

Messages les plus consultés