samedi 16 mars 2013

Traité d'éducation des jeunes princesses à l'usage de leurs précepteurs - Chapitre V




De l'utilisation du martinet

- 2ème partie -

Maître Sam interrogea de nouveau du regard la salle.

-          Alors … personne ?
-          « M » … comme « Mignonne » ?

Tout le monde se retourna vers Sophia. Celle-ci était une petite princesse slave, venant de la lointaine Russie, venue apprendre la langue française fort prisée à la cour du Tsar. Ses camarades avaient déjà fait connaissance avec son caractère impétueux, mais ils n’auraient jamais pu imaginer qu’elle ose défier ainsi Maître Sam. Celui-ci se contenta de froncer les sourcils.

-          Mademoiselle Sophia … Si mes souvenirs sont bons vous êtes l’une des rares à ne pas avoir triché … mais savez-vous que votre insolence pourrait vous valoir le même traitement ?
-          Oh … de toute façon vous n’oseriez pas …

Sophia avait légèrement baissé la tête, dans une attitude de fausse contrition, mais un sourire de défi avait percé sur ses lèvres qu’elle essayait de réfréner en se mordant les lèvres.

-          Bien.

Les petites princesses savaient qu’une limite venait d’être franchie. Lorsque ce simple mot était prononcé calmement, cela signifiait la fin du dialogue. Elles ne furent pas étonnées lorsque Maître Sam se dirigea vers Sophia. Celle-ci, interloquée, se rendant compte soudain de l’incongruité de son attitude, protesta à peine lorsque Maître Sam l’emmena contre la table, lui intimant l’ordre de coucher son buste sur la surface de bois dur et de tendre ses bras devant elle, les mains à plat. Dans cette position, les autres petites princesses la voyaient de profil, et le rouge de la honte lui monta au front lorsque elle sentit sa robe relever, sa petite culotte descendre sur ses cuisses et la main de Maître Sam claquer ses fesses. Elle avait déjà subi plusieurs réprimandes de la part de Maître Sam, mais celles-ci s’étaient déroulées en privé, dans son bureau. Elles s’étaient toujours achevées par un câlin consolateur. Là, c’était différent. Elle était punie devant les autres. Et elle allait sans doute rejoindre dans quelques minutes Herbeline qui méditait encore à genoux.  Le câlin serait après. Le soir. Ou même le lendemain, qui sait. Une éternité. Mais ces pensées s’éloignèrent de son esprit alors que les claques continuaient à pleuvoir dru sur ses petites fesses offertes qui ressemblaient à présent à deux petites pommes bien rouges.

-          Alors Sophia … dois-je à présent vous montrer en pratique … ce que la lettre « M » signifie ?
-          Noooon … nooon … je … je regrette … je … j’ai compris …
-          Alors … si vous avez compris … que signifie t’elle, cette fameuse lettre ?
-          Maître …
-          Non, pas du tout. Cela ne désigne pas celui qui est en charge de vous inculquer quelques rudiments de bonnes manières, en sus de vos leçons d’arithmétique et de littérature …
-         
-          Alors ?
-          C’est … c’est … le … le martinet …
-          Bravo. Nous y sommes. Vous voyez quand vous voulez … mais peut-être pourrais-je vous en administrer quelques coups, pour vous récompenser de votre sagacité ?
-          Maître … s’il vous plaît … je … j’ai été insolente … je regrette …
-          Sophia. Vous avez subi votre punition sans bouger vos mains. C’est bien. Cela vous vaut d’aller rejoindre Herbeline devant l'estrade, sans que vos cuisses et vos fesses ne subissent l’assaut des lanières de cuir d’un de ces jolis martinets que je possède … mais vous avez de la chance … pour le moment tout du moins … car a à la prochaine insolence … mais une autre petite princesse que vous est prioritaire aujourd’hui … celle dont la copie est placée sur cette table … voulez-vous lire le nom qui s’y trouve, s’il vous plait ?

La tension venait de monter d’un cran. Qui était la petite princesse qui allait subir l’ire de son précepteur ? Plusieurs petites princesses se remémorèrent à cet instant la comptine qu’elles avaient inventé et qu’elles aimaient chantonner pour taquiner celles d’entre elles qui craignaient que leurs manquements au règlement ne soient découverts :

Une bêtise n’est pas un pêché
Tant que Maître Sam ne la voit pas
Mais si par malheur il s’en aperçoit
La fessée ou le martinet je recevrai.

Sophia, encore tremblante,  s’était relevée. Sa robe était retombée sur ses reins, et elle avait cru entendre quelques rires étouffés lorsqu’elle avait rapidement et maladroitement relevé sa petite culotte. Ses fesses la cuisaient. Elle aurait voulu disparaître. Retrouver les bras de Maître Sam, lorsqu’il l’accueillait sur ses genoux pour la consoler, et qu’elle s’abandonnait enfin, le visage caché dans son épaule protectrice. Elle aimait ce moment où elle lui prenait sa main et caressait ses longs doigts, se demandant toujours par quel mystère ils recelaient autant de trésors de tendresse que de fermeté. Mais tout ceci n’était que lointains souvenirs. Elle s’arracha à ses pensées, inspira une grande bouffée d’air, et saisit les feuillets que lui désignait Maître Sam. Dehors il faisait presque noir à présent. L’aboiement d’un chien la fit sursauter.

20 commentaires:

Sofia Aloa a dit…

@Sam enfin merci d'avoir tenu votre promesse!

Princesseenherbe a dit…

J'ai beaucoup aimé cette suite ... c'est vrai qu'il n'y a rien de plus réconfortant que d'être prise dans les bras de son précepteur ... et rien de plus horrible que l'attente de ce moment. C'est tellement bien écrit que je m'imaginerais bien penser exactement la même chose que Sophia à la fin ...

La suite maintenant ... allez Sam, maintenant que tu es lancé ... s'il te plaît ...

Selene a dit…

dis donc, Sophia était autour d'Herbeline! C'est dit dans le chapitre précédent!!! Alors pas triché hein...
Pourquoi je sens que ça va être pour Selene? Hein? Nous les Selene avons toujours été des incomprises, parfaitement!

Sam a dit…

@Sofia: Je vous en prie chère princesse ... tout le plaisir est pour moi :-)

@Princesseenherbe: Merci ... la suite ... ah, c'est vraiment du latin difficile à comprendre ! Même avec l'aide de notre ami Google ;-)

@Selene: Tu te sens visée ? 0:-)

Princesseenherbe a dit…

@Sam : ben donne en version originale ... ça me poussera à apprendre le latin :-)

Lou a dit…

Bonsoir Sam, bonsoir mes amies princesses! J'ai dévoré cette suite succulente...mille pardon ma chère Sophia mais j'ai éprouvé...un plaisir et un intérêt vicieux à assister à ta punition devant tout le monde...c'est mal, je sais... J'aurai trop peur que ça m'arrive aussi...mais...faut pas me dénoncer hein?

@Sam: ...j'ai même pas peur de ta troisième partie...d'abord...enfin...nan, je m'en fiche! :p
Louise

Selene a dit…

non puisque c'est une Sélène et moi une Selene ^^
Par contre tu nous dis rien sur le fait que dans une partie, tu prétends que Sophia a pas triché alors que dans la partie précédente on la surprend autour d'herbeline... hein dis?

Bleuenn a dit…

J'aime beaucoup votre blog Sam... Jolie plume et beaucoup de sensibilité autour de ce fantasme. Merci pour vos jolies histoires et bravo aussi à vos pétillantes princesses qui semblent beaucoup vous inspirer. Et je me surprends à attendre la suite, tout comme elles...

Sam a dit…

@Princesseenherbe: Oh, j’aurai trop peur que tu te contentes du traducteur Google et que tu fasses de malheureux contresens ;-)

@Lou: Oui, c'est très pervers, ça, de ressentir des frissons de plaisir à voir cette pauvre Sophia punie ! Y-aurait-il en toi un léger penchant sadique ? :-D Et un frisson également à l'idée, peut-être, de voir Louise punie un jour à ton tour ?

@Selene: Oh, il est bien écrit dans une note manuscrite en marge, sans doute de la main de Maître Sam lui-même - mais que je n'ai pas traduite - qu'après enquête Sophia s'était juste levée pour remplir l'encrier d'Herbeline. Comme quoi il ne faut pas fier aux apparences ;-)

@Bleuenn: Heureux qu'il vous plaise. Oui, plein de pétillantes princesses tout autour, pleines d'énergie, qui chahutent comme des gamines, mais qui parfois oublient les règles que l'on souhaite leur inculquer ... et à qui on doit les rappeler gentiment ;-)

Sofia Aloa a dit…

@Sam et @Lou ce n'est pas grave le plaisir ne se commande pas ni l'excitation! ;-)

Louise a dit…

@Sofia: Merci douce Sofia, t'es chouette!

@Sam: Nan j'ai pas de frisson...Louise c'est la plus sage...pi tu ne voudrais pas la voir pleurer...hein?
Quant au plaisir sadique...c'est si mal Sam?

Sam a dit…

@Sofia: C'est vrai que le plaisir est une vague sur laquelle il est bon de se laisser emporter jusqu'à s'échouer sur une grève, là-bas, lointaine ... épuisé ... les yeux un peu dans le vague ...

@Lou/Louise: Moi vouloir la voir pleurer ? Oh non alors ... elle est sage comme une image ... moi qui aime la photographie en plus ... dès que j'ai fini la traduction je la mettrai en ligne ... d'ici demain soir ... et tu auras sans doute tes réponses ... enfin ... celles de Maître Sam ;-)

Sofia Aloa a dit…

@Lou de rien, c'est normal ;-p
@Sam, j'espère vraiment que Maître Sam ne demandera à Sophia que de lire les comptines inventé entre princesses!
Et j'espère aussi que la petite princesse a genoux sur l'estrade, les fesses a l'air pour l'exemple, a eu la permission de se relever. ;-)

Lou a dit…

...Louise sait comment charmer Maître Sam :pppp

Lou a dit…

Une bêtise n’est pas un pêché
Tant que Maître Sam ne la voit pas
Mais si par malheur il s’en aperçoit
La fessée ou le martinet je recevrai.

En tous cas c'est ce qu'il croit
Oui mais moi, je dupe la fatalité
Agile, le joli ciseau entre mes petits doigts,
Son précieux martinet a tout découpé

Je n'ai pas, je n'ai pas peur du bois
Tant que Maître Sam ne le trouve pas
Car s'il le trouvait
Il me fesserait

Herbeline et Sofia et Selene et Louise
Sont de Maître Sam les bébés princesses
Elles ne font rien que des bêtises
Et ont du rouge aux fesses

Du carmin à la bouche
Des battoirs de paupières
Des baisers en escarmouches
De la dentelle jusqu'aux jarretières

Maître Sam, Maître Sam en est fou
Ce n'est pas lui le grand méchant loup
On a pas peur, on a pas peur du tout
Je lui tire la langue je m'en fous
Je suis la gentille Princesse Lou

Je n'ai pas, je n'ai pas peur du bois
Tant que Maître Sam ne le trouve pas
Car s'il le trouvait
Il me fesserait
Il ne me trouvera pas, jamais
De même que son maudit martinet!

Sam a dit…

@Sofia: J'ai bien peur qu'Herbeline soit encore à genoux ...

@Lou: Merci ! Excellent ! Je vois que tu as trouvé dans ton grenier un rare exemplaire de l'ouvrage "Les comptines des petites princesses pour s'endormir le soir" ;-) Merci de nous les faire partager :-D

Sofia Aloa a dit…

@ Lou et si c'est avec le bâton du martinet qu'il te donne la fessée, aie aie aie, mais courage, il ne faut pas se laisser faire!

Lou a dit…

@Sam: Vi! Je l'ai lu d'une traite hier soir...il y en a plein...je vous les ferai partager oui...enfin toi, seulement si t'es sage et si tu relâches Herbeline et si tu nous fais plein de câlins au lieu des fessées! :)

@Sofia: aucun risque, je l'ai caché! ^^

Selene a dit…

@sam: la mauvaise foi!!!!

@lou: excellent!

Sofia Aloa a dit…

@ Sam j'espère que certaine des princesses ne sont pas encore a genoux puni car seraient sans doute partis après et ne pas rester toute la nuit quand même ! ;-)

Messages les plus consultés