mercredi 9 mars 2011

Sam ...arrête ...














Il pleuvait. Le vent soufflait par rafales. C’était l’hiver, un froid presque méchant, prêt à glacer les os, à balayer le visage de pluie mouillée. Une escapade sur le bord de mer en voiture. Un chocolat chaud, une bière. Quelques photos de la digue, de Marion.

Nous avions petit à petit échangé des moments tendres.

-         Sam ... j’ai envie que tu me prennes dans tes bras ...

Nous avions regardé un film. Marion était pelotonnée contre moi, en pyjama. J’ai savouré ce premier moment d’intimité, et je sentais le désir, si le besoin s’en faisait sentir, de punir ma petite princesse si elle se montrait désagréable, insolente, impertinente ... si elle dépassait les bornes ... alors oui je lui administrerais une fessée ... pour lui faire comprendre que se conduire comme une gamine ... conduit à être punie comme une gamine.

Le soir, dans le lit, nous avions longuement parlé tous les deux, dans le noir, sur l’oreiller.

-         Sam ...
-         Oui ?

La main de Marion sur ma poitrine, sa tête enfouie dans mon épaule, mes bras l’entouraient et j’étais bien.

-         Tu sais ... je me sens toute petite quand tu me grondes, quand je sens que cela bascule ...
-         ...
-         Tu sais ... j’ai ouvert le tiroir de la commode tout à l’heure ... et j’ai vu ...
-         Oui ?
-         Le martinet ... cela m’a beaucoup troublée ...
-         ...
-         Dis ... tu crois que tu me le donnerais un jour, en vrai ?
-         Un jour où tu ferais une très grosse bêtise ... oui ... je te le donnerais ...
-         Ca me fait peur ... mais cela m’attire en même temps ...
-         Oui ... c’est normal ...

Cette conversation m’apportait une vague de bien-être et le sourire était sur mes lèvres.

-         Dis ... tu sais ... j’ai été sage aujourd’hui ... mais je crois que demain je le serai moins ... cela m’excite beaucoup quand je pense que je peux être reprise en main ...
-         Oui ... tu sais ... si demain tu dépasses les bornes ... alors oui je te ferai savoir qu’il est nécessaire que tu te conduises autrement ...

Je sentis Marion troublée.

-         Si tu te conduis comme une gamine ... je te punirai comme une gamine ...
-         Sam ... arrête ...
-         Je te coucherai sur mes genoux ...
-         Sam ... arrête ...
-         Et je te donnerai une bonne fessée ... pour te faire comprendre ...
-         Sam ...

Le son de sa voix était devenu un souffle.

-         Et si nécessaire ... ce sera une fessée ... déculottée ...
-         Sam ... arrête ...
-         Et si tu t’entêtes ...
-         Sam ...
-         Alors j’irai ouvrir ce tiroir ...
-         S’il te plaît ... arrête ...
-         Marion ... c’est moi qui pose le cadre.

Dans un murmure à peine audible Marion me répondit : « Je sais ... ».

5 commentaires:

macaron a dit…

Très original ! J'aime beaucoup...

Pim's a dit…

L'inspiration revient ;)

Et alors ??? Elle a été sage le lendemain ???

Sam a dit…

@Macaron : Merci :-)

@Pim's : Curieuse, va ! Rire ! Sinon, oui, l'inspiration va et vient, l'écriture coule quand c'est le moment ...

Pim's a dit…

Je ne suis pas curieuse ! Je m'intéresse, c'est tout ! :p

;)

kya oceane a dit…

moi si..je suis curieuse!rire!

alors? elle a ete sage le lendemain?
;-)

Personnellement avec une menace de martinet...je serais irréprochable...et en même temps...un mélange de tentation...de crainte...je la comprends...

oui tres original ce nouvelle épisode dans son écriture...intimiste...presque gênée de la lire...vous étiez dans votre inimité...l un contre l autre...

Photo tres réaliste aussi...je sentais presque l humidité et le froid m envahir...

continues...c est "bien"...

Messages les plus consultés