mercredi 9 juin 2010

L'ombre de ma main













Ce soir là Marion était fatiguée. Besoin de dormir. De récupérer. Douche. Chemise de nuit. Petite culotte. Sous les draps. Bisous. Câlin. J'éteins.

- Sam ...
- Marion ... tu dois te reposer maintenant.

Cela faisait déjà deux fois en moins d'une demi-heure que Marion m'appelait. De nouveau j'entrebâillais la porte, laissant filtrer un rai de lumière dans la chambre. Je sentis qu'il fallait que je sois ferme, sinon à minuit Marion m'appellerait encore de sa petite voix ...

- Sam ... je ne dors pas ... ce n'est pas de ma faute ...
- Marion. Tu me rappelles encore une fois, et tu sais ce que tu recevras.
- Mais ...
- Stop.

Je refermais doucement la porte, espérant que ce dernier mot prononcé sans aménité mais dune voix ferme suffirait à calmer Marion. Je ne me faisais cependant pas d'illusions, et ne fus pas étonné, une demi-heure plus tard, d'entendre Marion réclamer alors que je passais devant la chambre :

- Sam ...

Agacé, j'ouvris la porte et me dirigeait vers le lit.

- Sam .. je ...
- Tu ne dors pas. Oui j'ai compris. Eh bien ... puisque tu es réveillée ... autant régler cela tout de suite.
- Sam ... tu ... tu veux régler quoi ?
- Marion ...

Ma main souleva doucement la couette et la fis glisser au fond du lit. Marion était couchée sur le coté.

- Marion ... je t'avais prévenue ... sais-tu ce que signifie l'adjectif cinglant ?
- ...
- Une claque cinglante ...
- Sam ...
- Marion ... tu vas juste recevoir deux claques ... cinglantes ... une sur chaque cuisse ...
- Saaamm ! NOOOONNNN !

Je pus lire dans les yeux de Marion une lueur d'angoisse ... elle détestait les claques sur les cuisses ...

- Marion ... tu préfères que j'aille chercher le slapper ? ou une lanière de cuir ?
- Sam ... je ... je suis désolée ... je te demande pardon ...
- Marion ... je t'avais prévenue ...
- Tu es sérieux là ? Tu ... tu vas vraiment ...
- Marion ... dans moins d'une minute tu auras la réponse à ta question ...

La suite fut rapide. En un tournemain, assis sur le lit, j'empoignais solidement Marion. L'ombre de ma main l'espace d'un instant s'inscrivit sur le mur blanc. Par deux fois ma main s'abattit sur les cuisses nues. Deux claques. Comme annoncé. Cinglantes.

Marion cria et ses yeux s'embuèrent de larmes. Je la laissai reprendre son souffle.

- Marion ... je vais prendre ma douche ... lire un peu ... si tu m'appelles ...
- Sam ... pardon ... je ... je vais dormir ... promis ...

La douche fut rapide. Le livre resta à sa place. Marion ne dormait pas lorsque je me glissais sous les draps à côté d'elle. Nous nous enlaçâmes.

- Sam ... Merci ...

Mes lèvres se posèrent doucement sur les siennes.

4 commentaires:

Sia a dit…

Il est vache quand même ce Sam ! C'est pas de sa faute à la pauvrette si elle n'arrive pas à dormir ! ;)

Sam a dit…

@Sia : Rire ! Sévère mais juste ... et quelle douceur à la fin ... c'est pareil dans mes stages ;-)Il est vraiment trop bon ce Sam ... il se fait toujours avoir en définitive ! Il est carré mais il aime trop les belles courbes ;-)

Anonyme a dit…

c est clair que ce n est pas de sa faute à la petite marion!

Heureusement que je ne viens pas faire un stage chez vous...moi qui m endort souvent tard et qui suis en plus assez demandeuse...encore un calin, encore une minute...tu t occupes pas assez de moi...mon mari ne sait plus par quel côté me prendre parfois!rire! Heureusement là aussi... il ne lit pas votre blog...ca pourrait lui donner des idées manuelles...

Sam a dit…

Votre mari ne sait pas par quel côté vous prendre ? Suggérez-lui la position horizontale, sur ses genoux ! Rire ! Si, si, n'hésitez pas à lui indiquer des bonnes lectures ! Il dormira mieux ... et vous aussi ! ;-)

Messages les plus consultés