jeudi 7 mai 2009

To spank or not to spank ... that is another question

Une fois le fantasme apprivoisé, la question qui vient à l'esprit est le passage à l'acte. J'ai parfois lu ou entendu l'argument selon lequel il serait dangereux de mettre en pratique ses fantasmes. Je pense qu'en fait certains fantasmes servent uniquement à mettre en route la libido, ne vont pas être forcément partagés avec le (la) partenaire, et ne sont pas forcément "réalisables" sans porter atteinte au partenaire (physiquement ou psychologiquement). Ceux-là ne sont pas à réaliser !

L'important pour moi, c'est que la réalisation d'un fantasme s'opère entre adultes consentants, d'une part, et respecte le partenaire dans sa réalisation d'autre part, ce qui nécessite de rester en permanence à l'écoute de l'autre, le but ultime de l'échange étant le plaisir partagé et au bout du compte une meilleure connaissance de soi.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Les fantasmes s'il n'y avait pas mla tentation d'y succomber seraient sans saveur.
TSM
toto.tsmdeux@laposte.net

Anonyme a dit…

Réaliser ses fantasmes oui mais la saveur qu ils peuvent avoir dans les méandres de l esprit ne correspond pas s pecialement à la réalité qui présente parfois des contraintes physique et la .............. Déception
Rosalie ( qui lit avec grand intérêt vos textes )

Sam a dit…

@Rosalie
Je crois qu'il y a une large palette dans les fantasmes, entre ceux qu'on réalise avec un très fort plaisir et ceux qui restent jeux délicieux de l'esprit. La déception peut être au rendez-vous, ce peut être aussi le contraire ... Je crois que c'est une question d'attentes réciproques (ou non) avec son partenaire qui fait la différence, ainsi que la qualité de relation et de communication que l'on établit.

Messages les plus consultés